• Cette disposition, examinée en nouvelle lecture dans le cadre du projet de réforme de la justice, a été adoptée par 15 voix contre 7 et 1 abstention dans un hémicycle très clairsemé.

    Cet épisode parlementaire montre bien que rien ne s'oppose à l'éloignement du justiciable de la justice qui tendra à terme se doter l'intelligence artificielle pour decider du sort de condamnés des petits délits réduisant de ce fait de coût global de notre justices ont le ministère semble plus intéressé par son coût que par la justesse et le bien fondé des décisions de justice.

    Cet épisode montre à quel point le financement de l'assemblée nationale est exorbitant , payer autant de députés pour ne faire voter que 15 insomniaques , les absents se moquent sans restrictions de ceux qu'ils sont censés représenter. Les institutions de l'état  devraient étudier de très près les raisons de ce scandale et intervenir et réduire cette représentation pour la  rendre moins coûteuse puis sévir contre ce révoltant absentéisme .


    votre commentaire
  • Elle est si difficile à gagner et si facile à perdre ..


    6 commentaires
  • Affaire Alstom-GE : la justice saisie par l’ancien président de la commission d’enquête parlementaire. Le député LR Olivier Marleix a demandé au procureur de Paris d’enquêter sur l’affaire Alstom-GE et sur le rôle alors joué dans ce dossier par Emmanuel Macron.

    Olivier Marleix s’interroge sur deux points. D’abord l’absence de poursuites pénales contre Alstom en France alors que l’entreprise a reconnu des faits de corruption dans plusieurs pays entre 2000 et 2011. Puis, il émet l’hypothèse, dans le cadre de la vente de la branche énergie d’Alstom à GE, d’un possible « pacte de corruption » (c’est le terme qu’il emploie), au bénéfice du ministre de l’économie en poste lors de la signature finale du rachat, le 4 novembre 2014, Emmanuel Macron.

     L'étau se resserrerait il sur les acteurs d'un désastre industriel et financier qui jusqu'à ce jour est resté sagement secret et dont personne ne se vante , les acteurs de cette délicate affaire ne semblent pas si fiers que ça , y aurait il des cadavres dans le placard ? Peut être des histoires indignes qui montrent comment les américains ont bafoué nos intérêts aidés par une justice américaine aux ordres et contre lesquels nous n'avons pas voulu ou pas  su nous défendre.

    Tout  ça à l'orée du nouveau monde .. 

     


    5 commentaires
  • Plusieurs représentants du gouvernement français se rendent à Tokyo mercredi 16 janvier pour une série de rencontres avec les différents protagonistes du dossier Renault-Nissan, en vue de préparer l’après-Carlos Ghosn, a indiqué Bercy mardi soir. Participeront notamment à ce voyage Martin Vial, directeur général de l’agence des participations de l’Etat (APE), et Emmanuel Moulin, directeur de cabinet du ministre de l’économie et des finances Bruno Le Maire, a détaillé Le Figaro.

    Aller au Japon dans un climat de défiance vis à vis de la gouvernance de l'alliance Renault Nissan est dangereuse surtout au Japon , quand on constate avec quelle rapidité un gouvernant peut se retrouver en quelques heures en prison pour des mois afin de converser avec un juge 8 heures par jour avec à la clé trois bols de riz  , une cellule monacale éclairée de façon permanente . 

    Ces hommes politiques français n'ont pas froid au yeux vue la situation , les japonais voudraient sans doute par tous les moyens prendre le contrôle de cette alliance sachant que Nissan est le véritable moteur de la réussite internationale de cette organisation . 

    C'est beau , tout de même la confiance ! 

     


    4 commentaires
  • La came à rade ..

     


    5 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires