• ANSM , au travail !

     l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), l’autorité de santé, est censée surveiller les effets indésirables des prothèses de hanche, des implants mammaires ou encore des pacemakers. Cette matériovigilance permet en théorie de détecter les problèmes et de prendre des mesures.

     Cette agence ne fait rien dans ce domaine ,il n'y a pas de contrôle médicaux sérieux de plus les listes d'incidents ne sont pas mises à jour.

     Ces données sont publiques mais lorsque Le Monde adresse un mail, le 13 mars, à l’ANSM pour les consulter, c’est un non poli qu’il reçoit en réponse. « Votre demande, telle qu’elle est formulée, ne permet pas à l’agence d’identifier les documents souhaités », écrit Dominique Martin, le directeur de l’ANSM, dans une lettre recommandée du 12 avril. Par ailleurs, elle « nécessite des recherches approfondies », qui représentent une charge de travail excédant ce qui est prévu par la loi qui autorise l’accès aux documents administratifs.

     Oui, faudrait travailler et c'est impossible.  Qui est donc responsable de ce cinéma alors que des fonctionnaires seraient en charge de ces tâches, à moins que ces travaux n´ ont jamais été exigés par l'administration en faisant croire un contrôle médical histoire de paraître bien organisé .

     


  • Commentaires

    1
    Dimanche 2 Décembre à 08:56

    mouais, ils auraient aussi pu réfléchir avant de modifier le lévothyrox, je me bats en déséquilibre à cause de çà... nous sommes nombreux et le gouv.. n'a pas relancé l'ancienne molécule qui était très bien..... tout est bénéfice, la santé ils s'en moquent!! bon dimanche un peu réac

      • Dimanche 2 Décembre à 11:22

        Ma femme a eu beaucoup de problèmes avec le nouveau lévothyrox
        elle prend maintenant du thyrofix 100 microgrammes et tout va bien !
        bonne journée
        Bernard 

    2
    Dimanche 2 Décembre à 09:52
    loulou le filou

    Encore des escrocs !

    3
    Dimanche 2 Décembre à 11:46

    Je suis du même avis que Loulou. Tous des escrocs. Ce fameux directeur de l'organisme de contrôle en question doit pourtant, pour veiller à la sécurité du matériel médical, toucher un salaire royal. Tous pourris ou presque ! Florentin

    4
    Dimanche 2 Décembre à 11:59

    Je connais au moins une vieille personne qui a ingurgité ce médoc. Résultats ? Des problèmes de santé dont elle ne se remet pas. Tout ça parce que les labos pharmaceutiques, loin de l'esprit médical, modifient leurs produits. Au fond, dans la mesure où ce n'est pas la philanthropie qui les guide, mais les bénéfices, on n'est pas surpris des résultats. Mais quel dommage pour ceux qui subissent cette politique désastreuse. Les vieux médicaments ne sont pas rentables alors que, très souvent, ils ont démontré leur efficacité.  On a de la chance de n'être pas encore atteint d'une affection qui exige la prise de médicaments.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :