• Survie animale

    Un chiffre résume la gravité de la situation : entre 1970 et 2014 – les données consolidées ne sont ne sont pas disponibles au-delà de cette date –, les populations d’animaux vertébrés (mammifères, oiseaux, poissons, reptiles et amphibiens) ont chuté de 60 %. Le taux était de 58 % dans le rapport de 2016, et de 52 % dans celui de 2014.

    « Cette étude confirme que notre planète est en train de subir la sixième extinction de masse, commente Pascal Canfin, directeur général du WWF France. Jamais la vie sauvage n’a décliné à un rythme aussi rapide. Si cette tendance se poursuit sur les prochaines décennies, le seuil de survie de certaines populations risque de ne plus être assuré. »

    L'homme doit il etre fier de ces chiffres , fier de ne pas avoir su contrôler son développement ou alors de l'avoir su contrôler suffisamment pour ne pas déplorer la totale disparition de la vie animale.  Le dévoloppement des technologies sans tenir compte des impératifs écologiques que nécessite le maintien en vie de toutes les espèces et piétine sans regret la survie des animaux pour des raisons de bénéfices et gains de toutes natures avec l'installation de complexes hôteliers ouverts au tourisme , à la spéculation , aux transports aériens et bien sûr à l'exploitation agricole intensive. L'habitat naturel des animaux est détruit entraînant la disparition de nombres d'espèces. L'homme ne semble pas comprendre que ses actions vont finir par le faire disparaitre à son tour par la pollution et le réchauffement climatique dont il est responsable , par le gaspillage des ressources au profit de gains financiers. 

    Finalement l'espèce qui se considère la plus intelligente sur terre par cupidité et pure bétise  est l'animal le plus bête vivant sur terre. Nous en avons l'illustration tous les jours dans la gouvernance en exercice du plus grand et plus riche pays sur terre.


  • Commentaires

    1
    Vendredi 2 Novembre à 08:59

    on ne voit pas plus loin que le bout de nos pas!

    2
    Vendredi 2 Novembre à 09:20

    Je prépare un article sur la disparition des espèces qui sera en ligne le 20 novembre
    les humains sont les premiers prédateurs
    ... et les premiers autistes de la création !
    bonne journée
    amicalement
    Bernard

    3
    Vendredi 2 Novembre à 12:48
    loulou le filou

    Chuuuuuttttt ! Le roi se repose à Honfleur, ne faites pas tant de bruit !

    4
    Samedi 3 Novembre à 17:40

    L'homme est un loup pour l'homme. Ben oui. Plus bête que lui, tu meurs. La course au profit, au confort, à la possession sont les maîtres-mots d'une foule immense à laquelle nous appartenons. Car nous aussi participons à ce déclin. Savons-nous nous passer de biens matériels ? Ne sommes-nous pas toujours en mouvement, allant de plus en plus loin ? Pourquoi s'étonner que la pollution que nous produisons participe au déclin du règne animal ? On déracine les arbres, on détruit les forêts, on bâtit partout au détriment de l'alimentaire et quand on cultive, on emploie des pesticides. Les animaux sont destinés à disparaître de la surface du globe et des océans. Et nous avec.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :