•  Une réorientation de sa politique en France… et de sa campagne pour les élections européennes. Après l’avoir contraint à annoncer une série de mesures en faveur du pouvoir d’achat, la crise des « gilets jaunes » pousse le président de la République Emmanuel Macron à revoir ses priorités pour le scrutin du 26 mai 2019.

     Le président avait oublié une toute petite chose dans ses plans de réformes , le peuple . C'est bête pour un énarque de haut vol , oublier le sens et le but de toute politique n'a pas du être un impératif de sa formation, destiné aux fonctions de banquier cet homme aurait dû rester dans ce domaine où seule la population rencontrée n'est composée que de très riches ce qui explique les cinq semaines de silence présidentiel pendant la période qui a montré les failles de sa gouvernance.

     Aucun pays n’avance s’il n’entend pas aussi cette part de colère légitime de nos peuples. Elle s’exprime partout en Europe », a-t-il déclaré, à moins de six mois d’élections délicates pour lui. Avant d’ajouter : « Je ne mènerai jamais le projet européen, auquel je crois, contre des aspirations que j’estime légitimes, je pense qu’elles sont réconciliables. »

    Le président des riches espère calmer les ardeurs revendicatives du petit peuple en essayant d'humaniser sa politique , tâche très délicate pour un type qui se prenait pour Jupiter , il va falloir qu'il descende de ses nuages et de son piédestal pour espèrer convaincre à nouveau  les électeurs , sachant que le naturel revient toujours au galop.

     


    7 commentaires
  • La majorité a saoulé le petit peuple muet,  pas  invité à s'exprimer . 


    6 commentaires
  •  Des promesses qui « seront tenues », a assuré le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand, dans une interview au Journal du dimanche, appelant à « la responsabilité des parlementaires » car « il serait paradoxal de retarder volontairement », par des amendements, « l’adoption de mesures sociales urgentes ».

     Chiche , des promesses, non les promesses du président doivent être tenues au risque d'une reprise des manifestations , les cahiers de doléances seront écrits , le gouvernement et nos représentants de l'assemblée doivent tenir compte des exigences de la population et les appliquer avec honnêteté . La méfiance envers les politiciens s'est installée durablement , à eux de montrer que leur intérêt principal n'est plus le leur , mais le bien général .

    Les entourloupes et tromperies qui faisaient le bonheur de la classe dirigeante ne sera plus tolérée , la république ne devra plus être le jouet d'intérêts privés comme c'est le cas aujourd'hui en matière fiscale. N'en déplaise à beaucoup, la transparence doit s'imposer .

     


    3 commentaires
  •  Les taxations excessives que nous devons supporter ne sont que des prétextes à boucler les budget sur lesquels nous n’avons aucun droit de regard . Il existe bien d'autres moyens utilisés pour faire payer le français moyen par tous les moyens , cela a commencé par les radars installés non pas dans zones dangereuses mais dans des endroits non dangereux et où la vitesse de la voiture ne peut que s'accroître comme en bas de côtes , puis la derniere fut arnaque de baisser les vitesses de 10 hm/h pour faire cracher au bassinet l'automobiliste pour 1 hm/h de dépassement de vitesse , du même ordre d'idée l'augmentation du nombre de points de contrôle des automobiles tous les deux ans sans que cela soit vraiment justifié du point de vue technique mais financièrement quelle jolie marge.  

    La taxation écologique fut de même tonneau.  Cette stratégie est adoptée par EDF par l'obligation de l'usage de Linky pour faire évoluer le contrat EDF souscrit afin de retrouver un service à l'identique , un moyen peu honnête de se faire payer le désastre de l'EPR dont EDF est seul responsable.

     Le spanc organisme de contrôle de l'usage des eaux  et contrôle des eaux usées réclame des participations de chacun alors qu'aucun service n'est offert en retour.

      Notre pays et son gouvernement couvre et profite des arnaques qu'il organise sciemment afin de boucler ses budgets sans offrir aux administrés la possibilité de contrôler l'usage réel des fonds captés par les impôts et les taxes obligatoires que les administrés doivent de toutes façons régler , car légitimes et légales osent ils dire.


    7 commentaires
  •  La conférence mondiale sur le climat (COP24) n’est pas encore terminée que tous les yeux se sont tournés vers la suivante : la COP25, qui se tiendra à Santiago, au Chili, du 11 au 22 novembre 2019. L’annonce a été faite, vendredi 14 décembre, par le secrétariat général de la convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques, à Katowice en Pologne. Chaque année depuis 1995, les 196 Etats qui font partie de ce traité international se réunissent pour prendre des décisions visant à respecter les objectifs de lutte contre le dérèglement climatique.

     Ces réunions annuelles des dirigeants de ces 196 états et d'officiels du climat vont sans nul doute effacer tous les efforts que tentent les pays pour contrôler le réchauffement climatique, pensons simplement au nombres d'avions qu'il faut pour réunir les personnalités de 196 états , les bagnoles qu'il faudra faire rouler localement pour transporter les officiels au centre de réunion ainsi que les journées touristiques offertes par les états à leurs dirigeants .

    La terre n'est pas prête de se refroidir avec de telles réunions qui pour l'instant ne sont jamais traduites par des décisions contraignantes.

    Qu'importe , ce petit monde va se réunir dans le luxe , ils vont en profiter et retourneront chez eux avec des idées révolutionnaires et généreuses pour essayer de construire une politique en accord avec des objectifs écologiques compatibles avec une réduction des gaz à effet de serre.

     Cerise sur le gâteau , certains se sont contentés de créer une taxe sur les carburants fossiles et on sait avec quels succès.

     


    7 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires