• Maître mot

    En pleine fureur écologique , le maître mot est déjà lancé <gaspillage> , que c'est rassurant de sentir dans cette gabegie permanente qui assombrit notre quotidien une once de bon sens. Gaspillage , quel joli nom pour caractériser notre société basée sur les rentabilités financières autant qu'industrielles. Notre consommation effrénée de ressources naturelles pour satisfaire des besoins sans importance ou seulement pour permettre d'éviter des faillites et le chômage, les inutilités sont au rendez vous, elles passent par les utilisations abusives de la bagnole, par l'usage excessif de la lingette qui encombrent nos bennes à ordures en passant par les mises à jours payantes des grands de  l'informatiques bien plus préoccupés par le gains de leurs ventes que par les performances des versions ou des systèmes qu'ils vantent.  Gaspillage de la bouffe, cheval de bataille de la ministre de l'écologie n'est que le tout petit bout du problème , pour le résoudre, il faudrait TOUT revoir , quand on constate les difficultés que nous avons à accepter quelques réformes, nous ne sommes pas près à  connaître autre chose que le gaspillage qui reste aujourd'hui le fondement principal de nos activités économiques basées sur le déséquilibre entre l'offre et la demande, produire beaucoup pour baisser les couts, qu'importe si l'excédent va rejoindre la benne à ordures.

     


  • Commentaires

    1
    Dimanche 30 Août 2015 à 11:33

     

    Bien oui pour les verts l’explication du gaspillage se borne  qu’au méchants capitalistes qui un grand couteau de cuisine a la main nous menacent de consommer les produits inutiles,  qu’ils inventent pour s’enrichir !! avec un discourt comme ça on peut comprendre pourquoi le gaspillage a bien du mal a reculer (c’est pas nous c’est eux ) alors  supprimons le capitalisme et le gaspillage disparaitra.

    Souvenons nous il y a deux siècles la grosseur du tas de fumier était synonyme de richesse dans nos campagnes,nos déchets servaient a fertiliser nos cultures, non  le gaspillage avec la misère ne se  mariais pas du tout ! 

    Mais en deux siècles le monde a changé, l’hygiène nous recommande de protéger  nos aliments, les inventions comme la matière plastic ont facilités nos emballages, la technique avance indubitablement,  avec elle la mode, l’émancipation de l’être humain par l’éducation lui ouvre toutes les portes de la modernité, pourquoi s’en priverait-il

     

    les sciences de l’environnement doivent faire partie intégrante  dans notre culture mais pas par la petite porte, tronqué par je ne sait quel idéologie, entrer dans notre  culture dans un mouvement universelle , sur les milliards de milliards de planètes il y a une chance que notre terre soit la seul habité dans l’univers,est-il utile de rappeler que  la protection de ce joyaux est d’une responsabilité suprême pour l'être humain !! 

    2
    Dimanche 30 Août 2015 à 12:12

    @foujuste, le gaspillage n'est  pas une marque de richesse comme le fut le tas de fumier devant les fermes, mais la marque d'un laissez allez mental d'une population mal éduquée . 

    3
    anto
    Lundi 31 Août 2015 à 16:47
    anto

    Le gaspillage est inhérent à la société de consommation et comme la mondialisation nous pousse à consommer à outrance le gaspillage augmente .Il est vain de vouloir réduire l'un sans réformer l'autre ..

    4
    Mercredi 2 Septembre 2015 à 20:26

    C'est une évidence, la société de consommation génére déchets et gaspillage. Ce n'est évidemment pas très moral et nous avons, sous ce rapport, bien des efforts à faire. Sommes-nous prêts à le faire. je n'en suis pas sûr !

    5
    Vendredi 4 Septembre 2015 à 16:15
    jeanclaudethibaultle

    Il faut compter parmi les responsables de ce gaspillage de toute sorte les tenants de la fameuse obsolescence programmée ! Fabriquer quelque chose en faisant en sorte que son fonctionnement ne dure que quelques années, ça c'est l'aveu que seul le profit leur importe ! Ensuite, le "déchet" qui en résulte sera traité par d'autres... Belle, très belle mentalité !

    6
    Samedi 5 Septembre 2015 à 05:35

    Le choix de garder sa voiture,ou ses appareils ménagés, toute sa vie et généralement pas un choix que l’on fait de gaité de coeur, si les “belles Américaines” de cuba, ou les “Trabant” de RDA restent l’image de la capacité humaine de conservation et d’entretien de son patrimoine , ce modèle ne  reste néanmoins pas un exemple a suivre.

    Précisons que bien des produits deviennent obsolètes sans que le “méchant” fabriquant l’ai  programmé, que la durée de vie est conditionné plus fréquemment par les avancés technologiques du produit ou plus rarement (crime de lèse-majesté) , pour les plus aisés un phénomène de mode.

     

    Pour ne pas manquer a son  idéologie étroite, pas d’inquiétude  citoyens ,si la mentalité des société de traitement de nos déchets comme celle de nos entreprises en général reste un problème pour nos camarades de la veille gauche , ce n’est pas que les traitement des déchets soit mal fait ,non c’est le mot société privé qui gène !!!

     

    7
    axel 21
    Dimanche 6 Septembre 2015 à 11:57

    Le gaspillage est bien un problème de riches. Il suffit d'aller en Afrique pour voir ce que la récupération veut dire. A++

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :