• Les libéraux ont peur

    La réunion du G20 montre la trouille des marchés devant la liberté laissées aux actions désordonnées des pays riches face aux crises qui appauvrissent les pays déjà pauvres.

    Les ministres des finances et banquiers centraux du G20 avaient, dans un communiqué, qualifié la « volatilité des changes » de « défi » pour l'économie mondiale, perturbée par l'appréciation continue du dollar. Ce communiqué a fait l'impasse sur les difficiles négociations entre une Grèce exsangue et ses créanciers. Mais le sujet a occupé toutes les rencontres bilatérales.

    Il est vrai que laisser les marchés décider des politiques représente un vrai danger, surtout quand ceux ci s'affolent devant les défis à relever comme les aides à la Grèce, comme les crises provoquées par la baisse de l'Euro et la montée du Dollar, puis la peur devant l'instabilité internationale avec la tension entre la Russie et l'Ukraine.
    Tant que les libéraux gagnent du fric sans risques , tout va bien, ces gens là ont peur des incertitudes et balisent à mort , perdre du fric est le cauchemar qu'ils vivent les yeux grands ouverts, pour une fois  les voilà ramenés à la réalité et cela devrait leur permettre de prendre conscience de leur propre incurie.

     


  • Commentaires

    1
    anto
    Samedi 18 Avril 2015 à 18:57
    anto

    Au final ce ne sont jamais eux les perdants 

    2
    foujjuste
    Dimanche 19 Avril 2015 à 05:10

    Ne nous méprenons point, dans l’attitude des responsables de l’équilibre économique du monde,le sentiment de ” peur “ qu’imaginent déceler les  détracteurs du libéralisme n’est que le reflet d’un simple et vieux fantasme des rescapés du marxiste moribond ,  le monde se développe il évolue, la communauté internationale a le devoir de palier autant que faire se peut aux problèmes qui surviennent, problèmes lies a la complexité croissante du monde contemporain ,complexité  que seule le libéralisme est à même de surmonter, néanmoins, traduire en couardise le courage d’affronter les impondérables du aux bouillonnement de notre planète conforte ma certitude  seul un geste de dépit face a la réussite du libéralisme peut justifier un sentiment excentrique .

    3
    Dimanche 19 Avril 2015 à 07:55

    @foujuste , vos commentaires sont tous les mêmes, un peu d'originalité que diable .. Je vous propose d'élever un monument au libéralisme international , vous devriez vous en charger. 

    4
    foujjuste
    Dimanche 19 Avril 2015 à 09:42

    pour quelqu'un qui prône sans se lasser a chaque article pour la mort du libéralisme, oui c'est une propositions troublante, comme disait le coiffeur "taillons lui la barbe comme il a le menton"mes commentaires ont la forme de tes articles !! 

    5
    Dimanche 19 Avril 2015 à 10:50

    Pas vraiment, cette fois je parle de l'angoisse que subissent les financiers, franchement, je les plains, pas vous ? 

    6
    Dimanche 19 Avril 2015 à 11:52

    Mais, bon, ces gens-là trouveront toujours le moyen de surpasser toutes ces difficulté. Le veau d'or restera toujous debout ...

    7
    foujjuste
    Dimanche 19 Avril 2015 à 12:21

     

     

    Les libéraux qui ont peur,  les ministres des finances qui s’affolent ,si ce ne sont pas a priori  des financiers qui s’enrichissent  on les mets dans le même panier, tout ça ce sont pour la veille gauche  “mouton blanc et blanc mouton” allez camarade, pour un octogénaire comme moi, ;si les paroles de la chanson sont misent en sourdine, l’air reste le même !!!

    8
    axel 21
    Lundi 20 Avril 2015 à 11:15

    Aux E.U. les fonds de pensions sont tous idexés sur les bourses du monde entier. Ils doivent garantir les retraites des plus riches du pays. Aussi ne font-ils pas de sentiment, leur seul soucis étant de satisfaire leur clients, pas de savoir si les autres bouffent ou pas. Qui a laissé s'instaurer ce système? Mais ne crions pas trop sur le nôtre. A++

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :