• tssss, je défends la filière tabacologique , comme on défend notre PIB par la pollution climatique.


    1 commentaire
  • Des milliers de retraités ont manifesté jeudi 18 octobre contre la hausse de la CSG et le coup de rabot sur les pensions prévues l’an prochain, espérant accentuer les « craquements » apparus au grand jour entre le gouvernement et une partie des députés de la majorité.

    Il est vrai que la hausse de CSG , la baisse des augmentations des pensions à 0,3 % pour une inflation de 1,3 % , va finir en trois ans par voler aux retraités un mois de pension. C'est pourquoi les retraités manifestent et que d'autres ont la ferme intention d'utiliser leur bulletins de vote à l'encontre du président et du gouvernement , les prochaines élections risquent de devenir problématiques pour les Marcheurs , voire tourner au massacre ,   et c'est pourquoi dans la majorité certains s'inquiètent de ne plus pouvoir siéger au terme du quinquennat . Les élections européennes et les élections municipales vont certainement faire des dégâts et briser les espoirs des opportunistes. 

    Selon Bercy, près de 60 % des retraités, soit 7,5 millions de personnes, sont actuellement concernés par la hausse de la CSG. Les 40 % restant, exonérés de CSG ou soumis à la CSG à taux réduit (3,8 %), ne sont pas touchés.

    Toutes ces personnes votent , il serait temps que le pouvoir s'en soucie , nous avons pour l'instant échappé à la hausse des droit de successions , à mon avis , ce n'est que temporaire à la vue des résultats de la politique économique de Jupiter.  

     


    2 commentaires
  • Pas d’exclusion, pas de sanction, rien du tout. » Antonio López-Istúriz, le secrétaire général du Parti populaire européen (PPE), a été très clair mercredi 17 octobre : Viktor Orban, le premier ministre hongrois ultraconservateur, sera autorisé à rester dans la grande formation des conservateurs européens. Critiqué pour ses atteintes à l’indépendance de la justice, à la liberté des ONG ou des universités, l’homme fort de Budapest, adulé par l’extrême droite de tout le Vieux Continent, va pouvoir faire campagne pour les élections européennes sous l’étiquette du PPE.

    Le vote des électeurs lors des élections européennes sera crucial , la droite française participe au PPE dans lequel Orban n'a pas été exclus contre toute attente , ce type ne sera pas mis au ban de l'Europe ce qui en pourrait en  dire long sur l'avenir incertain de l'UE , la crainte de dissolution des valeurs qui avaient participé à la création de l'union européenne . Si nous laissons les types de l'acabit d'Orban infiltrer nos institutions européennes , l'UE disparaîtra. 

    Voici l'enjeu auquel nous serons tous confrontés , le retour de la vieille Europe en états divisés ou l'enrichissement des valeurs de  l'UE , même s'il fallait se séparer de certains états qui se sont trop éloignés de ses valeurs.

     


    1 commentaire
  • Lors du premier budget de l’ère Macron, le sujet avait été éclipsé par la polémique sur la suppression de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Mardi 16 octobre, en fin d’après-midi, la hausse de la fiscalité verte a enflammé les débats de l’Assemblée, où se déroule, depuis lundi, l’examen du projet de loi de finances (PLF) 2019.

    « Pour les catégories qui travaillent, (…) c’est une bombe atomique. Nos concitoyens vont se révolter, et ils auront raison ! », a fustigé le député (Les Républicains, LR) des Côtes-d’Armor Marc Le Fur. « Le problème, c’est celui de l’acceptabilité de la fiscalité écologique quand elle vient se heurter au mur des réalités sociales. On a besoin de dispositifs pour soutenir ceux qui ont un pouvoir d’achat limité, notamment les ouvriers », a abondé son collègue socialiste de l’Aisne, Jean-Louis Bricout. Enfin, Fabien Roussel (Parti communiste, PCF, Nord), a complété la salve : « Prendre dans le portefeuille des Français sous prétexte de répondre au défi climatique, ce n’est pas la bonne solution. »

    les seuls qui restent muets sont les Marcheurs visiblement encombrés par leur fidélité sans faille au gouvernement et surtout par le fait qu'ils ne représentent que des cadres , l'élection du président fut une élection par défaut pour faire barrage au FN . Le pouvoir donné à l'assemblée d'opportunistes va se payer cher , le président des riches le restera , il aurait souhaité introduire en ces temps de vaches maigres une taxe écologique , histoire de freiner l'usage des bagnoles et en tirer profit comme le fit le gouvernement avec les 80 m/h , pour les autres ce sera un plongeon dans la précarité où se séparer de sa voiture. 


    2 commentaires
  • C'est dans le flou qu'on y voit mieux .


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique