• Dilemme

    L’équation est complexe, le calendrier périlleux. La ministre des transports, Elisabeth Borne, a reçu les sociétés d’autoroutes, vendredi 4 janvier, pour aborder les conséquences de la colère des « gilets jaunes » sur le réseau autoroutier et la hausse prochaine des tarifs des péages.

    D’un côté, « les dégradations et les perturbations » que subit le réseau autoroutier depuis le début du mouvement. « La réunion de vendredi avait d’abord pour objectif de faire le point sur les dégâts », indique-t-on au cabinet de Mme Borne. Selon les sociétés d’autoroutes, les dommages sur les barrières de péage et les pertes d’exploitation lors des opérations de péage gratuit se chiffrent en dizaines de millions d’euros.

    Le climat est très sensible , le dilemme est simple, faire plaisir aux sociétés d'autoroutes où se remettre à dos les gilets jaunes comme si la période que nous venons de traverser n'était pas suffisante.

    Comment éviter d’attiser la colère des « gilets jaunes », déjà convaincus que les sociétés d’autoroutes, qui totalisent 10 milliards d’euros de chiffre d’affaires, s’enrichissent à leurs dépens ? Quel effort demander aux dirigeants de Vinci, APRR (Eiffage) ou Sanef (Abertis), qui mettent en avant leurs pertes causées par les manifestants ?

    La réponse du gouvernement est en attente , le problème posé est un véritable piège , ce sera une façon de savoir vers quel côté penchera le gouvernement .

     


  • Commentaires

    1
    Mercredi 9 Janvier à 07:16

    essayer de contenter c'est souvent en mécontenter d'autres surtout dans ces moments de " recherche d'égalité "

      • Mercredi 9 Janvier à 07:48

        Oui, c'est surtout chercher le moindre mal , on retombe toujours sur les notions du bien et du mal ! 

    2
    Mercredi 9 Janvier à 11:46
    loulou le filou

    Il faut nationaliser les autorackets...

    3
    Mercredi 9 Janvier à 15:46

    Ces autoroutes ont été construites par les impôts des Français, il serait logique que la cession accordée à Vinci et compagnie soit supprimée, leurs dividendes sont tout de même un peu trop importants. Une augmentation des péages alors que le mouvement est loin d'être terminé serait une catastrophe absolue. Il faudrait faire comprendre aux gilets jaunes que casser du matériel ne parle pas en leur faveur. En revanche, qu'ils fassent le nécessaire pour des péages gratuits c'est montrer intelligemment qu'ils en ont marre d'être grignotés au profit de quelques grands consortiums. Il suffit de laisser levées les barrières en appuyant sur un gros bouton. Donc pas besoin de provoquer des dégâts. C'est là que le mouvement peut, au bout du compte, être mal vu et réprimé durement. Ce serait dommage que cela se finisse en eau de boudin. bon, je crois qu'il faut voter pour que l'état reprenne la main sur les autoroutes. Et surtout qu'il insiste lourdement qu'une augmentation des péages attiserait davantage la colère. espérons que le gouvernement saura agir sans agiter un chiffon rouge : c'est assez le capharnaüm comme ça.

      • Mercredi 9 Janvier à 16:04

        La vente des bijoux de la république est la technique pour faire faire du fric au proches du pouvoir , cela a toujours été fait et continuera à se faire . Quel dommage que de vivre dans un monde pareil. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :